Le format poche va-t-il disparaître ?

Hachette a annoncé sa volonté d’aligner le prix du livre numérique sur le format poche. Une initiative qui déplait à certains éditeurs. 

La décision d’Hachette d’aligner les prix du livre numérique à ceux du format poche fait échos à ce qu’ont amorcé des éditeurs comme Gallimard ou Flammarion. Ces derniers tentent de répondre aux attentes des lecteurs convertis au numérique. Certains acteurs du monde du livre y voient la mise en péril du livre petit format, d’autres rappellent l’importance de s’attarder sur les droits numériques des auteurs.

Quels livres sont concernés ?

Les pris des  format de poches sont généralement fixés à 6 ou 7 €, mais vous ne risquez pas de voir ces prix s’appliquer à tous les eBooks. Gallimard précise par exemple que cet alignement des prix se fera en fonction des priorités commerciales, comme la réédition d’un livre lors d’une adaptation au cinéma. Pour ce qui est des nouveautés, Gallimard ne compte pas aligner le prix de l’eBook au prix du poche avant sa sortie en Folio (format poche de Gallimard). Peu d’éditeurs sont donc prêts à apporter de réelles réponses au mécontentement des internautes. Ces derniers, se plaignent en effet des tarifs pratiqués, qu’ils estiment aberrants compte tenu du coût de production faible du livre numérique.

Favoriser Amazon ?

Si les éditeurs sont si frileux à l’idée d’effectuer, cette baisse c’est notamment par peur de défavoriser les librairies au profit des grands revendeurs en ligne comme Amazon ou la Fnac, mais pas seulement. Certains éditeurs, qui ne disposent pas de collection poche sont réticents à l’idée de proposer une version numérique coutant 70% de moins que le prix d’origine. Ils craignent de s’autoconcurrencer et de provoquer leurs propre perte au niveau des livres papiers. D’autres éditeurs se montrent plus déterminés à baisser le prix des eBooks, comme La Dilettante, éditeur d’Anna Gavalda, qui vent les livres numériques deux fois moins cher que les livres papiers en grands formats. Mais le prix du livre numérique ne s’alignera avec celui du format poche qu’au moment de la sortie de ce dernier et en fonction de l’auteur.

Qu’en est-il des auteurs ?

Il faut en effet renégocier les contrats des auteurs, au cas par cas. Car en ce qui concerne le numérique, les droits d’auteur restent très flous. L’agent littéraire François Samuelson estime ainsi que « l’auteur se révèle le grand absent de la table des négociations en ce qui concerne le numérique. Les éditeurs font souvent signer aux auteurs des contrats qui leur font abandonner leurs droits numériques sans savoir comment ceux-ci vont être exploités« . La problématique du numérique se joue alors dès la signature du contrat, et c’est par là que doivent commencer les éditeurs.

Sources :
Livres Hebdo, n° du 1er juin 2012
La révolution du livre numérique, François Samuelson, éditions Odile Jacob, 2011

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.