La maison de Julien Gracq transformée en résidence d’écrivain

Décédé il y a trois ans, l’auteur des chefs d’œuvres Au château d’Argol et Le rivage des Syrtes, voulait que sa maison soit transformée en résidence d’écrivain après sa mort. Ce sera chose faite d’ici quelques années.

Accueillir des écrivains pour travailler et se reposer était l’une des dernières volontés de Julien Gracq, décédé en décembre 2007 à l’âge de 97 ans.

Il avait confié la tâche de la transformation de sa maison à la Fondation de France dans son testament, qui ne s’est pas sentie en mesure d’assurer la tâche, c’est donc la commune de Saint-Florent-le-Vieil, dans le Maine-et-Loire où sont situés la demeure et les dépendances qui s’en chargera.

Hervé de Charette, député-maire de la ville natale de l’auteur a expliqué que les écrivains pourront y séjourner de quelques semaines à une année. « Mais nous ne souhaitons pas en faire un lieu ésotérique. Il faut qu’ils apportent, en retour, une contribution à la vie littéraire à la hauteur de l’écrivain » a-t-il ajouté.

Un véritable lieu de vie

La maison sera réhabilitée et des locaux de vie pour les auteurs seront aménagés. Le grenier à sel attenant à la maison sera quant à lui transformé en salle d’exposition et d’accueil du public.

Une bibliothèque numérique des œuvres pourrait également voir le jour. « Elle pourrait être créée dans le salon où il avait l’habitude de recevoir mais nous ne voulons surtout pas muséifier l’écrivain. C’est précisément ce qu’il ne souhaitait pas« , a ajouté Hervé de Charette.

Le président du conseil régional des Pays-de-la-Loire, Jacques Auxiette, a quant à lui déclaré qu’il voulait que la demeure devienne « un lieu fédérateur des maisons d’écrivains existantes sur la région et un point d’ancrage pour la promotion de langue française et de la francophonie ».

Seul écrivain publié dans la Bibliothèque de la Pléiade de son vivant, Julien Gracq avait grandi dans cette maison de famille.

Un projet ambitieux, évalué à 2,8 millions d’euros, qui devrait voir le jour en 2013 au plus tôt.

(D’après Livres hebdo.fr)

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.