La librairie Borders renflouée par une banque

La chaîne de librairies américaine Borders, en faillite depuis décembre dernier, a obtenu la promesse d’un crédit de 550 000 dollars de la banque GE Capital. Pour autant, la deuxième plus importante chaîne de librairies du pays n’est pas sauvée…

« Nous sommes heureux qu’après un examen approfondi notre stratégie d’entreprise, GE Capital se soit engagé à mettre en place un nouveau mécanisme de financement pour notre société. Il s’agit d’une étape importante pour Borders vers la mise en œuvre d’un plan visant à nous repositionner comme un détaillant de livres et autres produits connexes national et dynamique. » Mike Edwards, le président du groupe Borders, est enthousiaste.

Pourtant, les conditions du crédit de GE Capital sont draconiennes : fermeture de la boutique en ligne, fermeture des magasins « sous-performants » de la chaîne, mais surtout, la transformation des 125 millions de dollars de factures impayés en crédit.

Des éditeurs mécontents

En effet, Borders avait dû cesser de payer certains de ses fournisseurs et créanciers en décembre dernier mettant certains éditeurs dans l’embarras. Aujourd’hui pour que la chaîne bénéficie de cette facilité de crédit, la conversion de ses factures impayées est nécessaire. Il semblerait que certains éditeurs contestent déjà ce nouveau plan.

Dans sa nouvelle stratégie, Borders envisage entre autres de réduire tous ses coûts, ce qui implique, en plus des fermetures, de réduire le catalogue proposé. La chaîne dit également améliorer sa rentabilité et son offre, y compris celle ne concernant pas les livres. Le chemin semble encore long pour la librairie.

(D’après Actualitté)

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.