La librairie américaine Borders dans la tourmente

Le feuilleton dure depuis des semaines : la chaîne de librairies américaine Borders serait en faillite. Un vrai tremblement de terre outre-Atlantique où la chaîne est la deuxième plus importante du pays…

Tout commence à la fin de l’année dernière, lorsque la librairie retarde le paiement de ses fournisseurs pour restructurer sa dette. Coup dur pour les éditeurs, le premier à cesser d’approvisionner la chaîne est le new-yorkais Rowman and Littlefield et Hachette Book Group, filière américaine du groupe annonce être affecté par ce gel des paiements. Les pertes estimées pour les fournisseurs seraient de 10 à 50 millions de dollars. Si des discussions ont lieu entre Borders et les éditeurs, difficile d’imaginer comment la situation pourrait s’améliorer pour la librairie, écrasée par la concurrence, notamment numérique.

Des garants anonymes

Pour le moment, la chaîne tente de gagner du temps pour que les fournisseurs acceptent de rester sans paiements le temps de trouver une solution. Coup de théâtre vendredi dernier : Borders annonce être en passe de redresser la barre. Des garants financiers, anonymes, selon le New York Times, pourraient finalement venir en aide à la chaîne surendettée. Un plan de financement est tout du moins en cours de mise en place au sein du groupe, et après la démission de deux des dirigeants au début du mois de janvier, 15 postes pourraient être supprimés à la direction.

Avec 600 points de vente sur le continent Américain et plus de 100 000 titres proposés, Borders est la deuxième plus grande chaîne de librairies américaine derrière Barnes & Noble, qui affiche elle une santé insolente, notamment grâce aux ventes des tablettes électroniques Nook. La disparition de Borders serait un gigantesque coup porté à toute l’industrie du livre américaine.

(D’après ActuaLitté)

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.