La Hadopi va réfléchir… sur le livre numérique

Le 19 mai prochain, trois Labs de la Hadopi organisent une séance de travail sur le livre numérique, avec des professionnels, des associatifs et des chercheurs.

« Tenter de faire émerger des pistes de travail. » Voilà l’objectif – un peu flou – que se sont fixé les Labs « Usages en ligne », « Economie numérique de la création » et « Propriété intellectuelle et Internet » pour cette journée du 19 mai.

Trois axes de réflexion

La séance s’organisera autour de trois axes de réflexion. Le premier concernera les différences de services entre l’offre licite et l’offre illicite sur Internet. Ergonomie des sites, repérage des ouvrages, processus de recherche seront quelques uns des aspects étudiés. Le deuxième axe consistera, lui, à définir l’impact de la numérisation des livres sur les usages de chaque lecteur. Quant au troisième, il s’attachera aux pratiques collectives qui se développent autour du livre numérique.

« De nombreux travaux ont été consacrés à ce sujet, en une période de forte incertitude et de transformations importantes. L’objectif n’est pas de rajouter une rencontre de plus aux multiples et très intéressants débats et conférences ayant déjà eu lieu, précise-t-on du côté de la Hadopi. Mais de s’appuyer sur les travaux existants pour proposer quelques idées fortes qui devront être débattues dans l’espace public. »

Dimension participative

Les Labs sont au nombre de cinq : « Réseaux et techniques » et « Internet et sociétés » sont les deux groupes qui s’ajoutent à ceux déjà mentionnés (voir ici leurs attributions exactes). Lancés en février, ils viennent s’ajouter à la dimension jusque là uniquement répressive de la Hadopi. « Ils cherchent à connaître et à comprendre Internet », explique ainsi Marie-Françoise Marais, la présidente de la Haute autorité.

Outre les experts, les Labs accueillent deux catégories de membres. Les « membres rédacteurs ont le droit d’intervenir directement sur les textes. Ils sont cooptés par le Lab et confirmés par le collège de la Hadopi. Les « membres contributeurs », de leur côté, n’ont qu’un droit de commentaire sur les textes publiés. Les candidatures pour appartenir à l’un ou l’autre des collèges se font en ligne.

(d’après ActuaLitté)

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.