La checklist à suivre avant d’envoyer votre manuscrit aux éditeurs

Vous avez terminé d’écrire un roman et vous souhaitez envoyer votre manuscrit à des éditeurs ? Ne vous précipitez pas, prenez un peu de recul et posez-vous les bonnes questions pour savoir si votre roman est réellement publiable en l’état. Voici une checklist à suivre pour le vérifier :

 Votre attaque donne-t-elle envie ?
Les premières pages d’un roman sont cruciales et déterminent souvent son succès. Un début brillant vous permettra d’accrocher le lecteur. Evitez les descriptions détaillées qui pourraient casser l’élan de votre lecteur qui a envie de plonger directement au cœur de l’histoire. Mais attention à ne pas en faire trop. Car à force de la retravailler et de la polir au fur et à mesure de l’écriture votre roman, l’attaque de votre roman peut se retrouver artificielle et sans saveur. La bonne méthode pour éviter cet écueil ? Ne revenez pas sur vos premières pages tant que vous n’êtes pas arrivé à la fin de votre roman.

Avez-vous « tué vos chouchous » ?
En anglais, l’expression consacrée est : « to kill one’s darling ». Concrètement, cela veut dire qu’il ne faut pas hésiter à couper  vos phrases et vos passages préférés s’ils n’apportent rien à l’ensemble de votre roman. Cela vous fera mal au cœur, mais la coupe est un passage obligé. Tous les écrivains reconnus le disent, de Stephen King : « Que cela vous plaise ou non, vous devrez couper, et vous concentrer sur l’essentiel », à Laura Kasischke : « Couper est un des choses qu’un écrivain doit très tôt apprendre à faire », en passant par António Lobo Antunes : « Et vous coupez, vous coupez, pour donner à tout cela une forme, peut-être un sens ».

Avez-vous vérifié la grammaire et la ponctuation ?
Sachez qu’un éditeur reçoit plusieurs manuscrits par semaine. Mais « lire les manuscrits n’est qu’une petite partie du travail d’un éditeur », comme en témoigne Véronique Ducros de la maison d’édition Au-delà du raisonnable. Alors si votre manuscrit est truffé de fautes d’orthographe et de grammaire, il risque fort d’agacer les éditeurs et… de finir à la poubelle. Pour éviter cet écueil, faites une dernière relecture de votre texte en vous concentrant sur toutes les erreurs typiques. Sachez par exemple qu’un signe de ponctuation double tel que : ; ? ou ! nécessite un espace avant et après. Mais si les règles d’orthographe, de grammaire et de ponctuation ne sont pas votre fort, vous pouvez également faire appel à un correcteur professionnel pour corriger votre manuscrit.

Est-ce que vos dialogues sont bien identifiables ?
Il existe différentes façons de présenter des dialogues dans un roman ou une nouvelle. Vous pouvez ouvrir et fermer des guillemets autour des paroles de vos personnages, ajouter un tiret devant, mettre les lignes de dialogues en retrait du texte. C’est à vous de voir, en fonction de vos préférences. En fait, ce qui importe vraiment, c’est que vos dialogues soient facilement identifiables par vos lecteurs. Ils doivent comprendre instantanément qui dit quoi et quand. Et pour y parvenir, vous devez veiller à ce que votre récit soit cohérent.

Savez-vous garder l’attention du lecteur ?
Réussir un début accrocheur, c’est bien, mais il faut réussir à garder l’attention du lecteur tout au long de votre roman. Il existe différentes tactiques pour tenir votre lecteur en haleine. Evidemment, vous devez particulièrement soigner la voix narrative et les personnages. Vous pouvez également construire votre récit en pensant en termes de scènes en utilisant un système de faux raccord comme au cinéma. De même, faites passer vos personnages d’un décor à un autre sans vous sentir obligé de raconter comment il est arrivé là. Concrètement, le lecteur n’a pas besoin de savoir que pour se retrouver dans la rue, votre personnage a dû fermer la porte de son appartement et descendre les escaliers.

Votre roman est-il vraiment terminé ?
La plupart des écrivains écrivent de très nombreuses versions de leur roman. Retravailler son manuscrit peut consister à relire l’ensemble du manuscrit pour couper quelques passages, mais cela peut également être plus complexe. Vous pouvez avoir à restructurer complètement votre texte en changeant par exemple de narrateur. Dans tous les cas, sachez qu’il est extrêmement difficile de rester objectif face à son travail. La plupart des écrivains publiés s’appuient sur un premier lecteur  – un ami écrivain, un agent ou un éditeur, un mentor ou un tuteur – pour les aider à comprendre quand leur livre est réellement terminé.
(visuel : © Pixel Embargo – Fotolia.com)

Participez à notre masterclass :
Comment trouver un éditeur ?

masterclass editeur 2Vous êtes en train d’écrire un livre ? Vous avez envie de le publier, mais vous ne savez pas à qui vous adresser ? Envoyer votre livre à des éditeurs sans vérifier leur stratégie éditoriale ne sert à rien. Au mieux vous recevrez une lettre de refus, au pire vous ne recevrez aucune réponse. Notre masterclass vous permettra de bien appréhender le monde de l’édition pour savoir à qui et comment adresser votre manuscrit. L’éditrice Virginie Manchado et l’agent littéraire David Camus répondront à toutes vos questions pour vous aider à faire aboutir votre projet. En savoir +

 

Partagez cet article