La bibliothèque de Mark Twain va être fermée

Au Royaume-Uni, les librairies ne sont pas les seules à être dans la tourmente. Depuis le début de l’année, près de 500 bibliothèques sont menacées de fermeture en raison des coupes budgétaires. Dernière victime en date : celle ouverte par le créateur de Tom Sawyer et Huckleberry Finn.

Kensal Rise va donc disparaître. Malgré la mobilisation de plusieurs écrivains célèbres, dont Zadie Smith (Sourires de loup) et Philip Pullman (la saga A la croisée des mondes), le conseil d’arrondissement de Brent, au nord-ouest de Londres, a décidé, lundi soir, de fermer la bibliothèque ouverte en 1900 par l’écrivain Mark Twain. Cinq autres établissements sont concernés.

La décision vise surtout à améliorer l’accueil dans les bibliothèques restantes, s’est défendu la maire de Brent, Ann John. « Nous allons instaurer l’accès gratuit à l’Internet, fixe et wifi, mettre en place une bibliothèque de référence en ligne, augmenter les collections, accroître le nombre de livres audio et numériques… » a-t-elle promis. L’élue a aussi rappelé l’ouverture, dans deux ans, d’une bibliothèque centrale dans l’arrondissement. Des mesures qui n’ont pas convaincu les défenseurs des bibliothèques de proximité, dont faisait partie celle de Mark Twain.

517 bibliothèques menacées

Cette fermeture est en tout cas emblématique d’un phénomène qui touche le Royaume-Uni dans son entier. Selon le site Internet Public Libraries News, pas moins de 517 bibliothèques britanniques (443 bâtiments et 74 bibliobus) ont fermé, sont menacées de fermeture ou de privatisation depuis le début de l’année 2011, victimes des coupes budgétaires. Soit environ 11,5 % des structures du pays.

Comme à Brent, des comités de défense se sont constitués un peu partout. Avec parfois des initiatives originales pour faire entendre leur mécontentement. Dans la banlieue nord-ouest de Londres, à Stony Statford, des habitants ont ainsi passé une semaine à retirer des rayonnages les 16 000 ouvrages de la bibliothèque municipale, menacée de fermeture par les autorités locales.

Des éditeurs trop passifs

En début de semaine, la foire du livre de Londres (London Book Fair, LBF) a consacré une conférence à ce sujet. L’occasion pour Tim Coates, un ancien libraire devenu célèbre pour son combat en faveur des bibliothèques publiques, de critiquer l’attitude trop passive des éditeurs. « Je me suis démené pour que les éditeurs et les maisons d’édition s’impliquent dans le mouvement, mais cela ne semble pas les intéresser le moins du monde », s’est-il désespéré.

Lors de ce séminaire, l’auteur Alan Gibbons, a aussi remis en cause l’argument de la baisse de fréquentation pour justifier les fermetures. Il en a profité pour égratigner le secrétaire d’Etat à la Culture. « Il y a 320 millions de visiteurs dans les bibliothèques du Royaume-Uni chaque année. Avec un meilleur leadership, ce chiffre pourrait facilement atteindre 600 millions », a attaqué celui qui est aussi fondateur de Campaign for the Book, une association de promotion de la lecture.

Partagez cet article

Commentaire sur “La bibliothèque de Mark Twain va être fermée

  1. litteratus

    On ne peut pas réellement mesurer de France l’impact d’une telle mesure dans une société où la Bibliothèque joue un rôle culturel et de socialisation de tout premier plan…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>