J’aimerais écrire, mais je n’ai pas le temps

Marianne Jaeglé est écrivain et animatrice d’ateliers d’écriture aux ateliers Elisabeth Bing. Pour aider les apprentis écrivains à dépasser leurs inhibitions, Marianne Jaeglé a écrit le livre : Ecrire, de la page blanche à la publication. Découvrez un reportage vidéo sur Marianne Jaeglé sur : sa page chroniqueur.
Retrouvez sur enviedecrire.com les chroniques de Marianne Jaeglé. Elle accompagne les apprentis écrivains tout au long des étapes incontournables, mais souvent difficiles de l’écriture.

Nombreux sont ceux qui viennent en atelier d’écriture afin d’y exprimer et d’y surmonter leurs difficultés à écrire. Elles constituent bien souvent des freins importants à leur travail, et peut-être au tien aussi.  Petit tour d’horizon des résistances que l’esprit oppose à l’envie d’écrire et des arguments qu’on peut leur opposer :

Résistance n°1 : J’aimerais écrire, mais je n’en ai pas le temps

Bien sûr, comme tout le monde, tu as un travail, un conjoint, quelques enfants dont il faut bien s’occuper, un minimum de vie sociale à entretenir… Où trouver une  place pour l’écriture dans toutes ces obligations ? te demandes-tu légitimement.

Pourtant, malgré cela, écrire est possible. Certains l’ont fait : Francis Ponge a écrit le Parti pris des choses en rédigeant chaque soir un des merveilleux textes courts qui composent ce recueil, pendant les trente minutes qui lui restaient entre le diner et l’endormissement.

Lequel d’entre nous n’a pas trente minutes par jour à consacrer à l’écriture ? Bien des écrivains ont un métier rémunérateur en parallèle de leur travail de plume et ceux qui peuvent s’adonner sans contrainte à leur art ne sont pas nombreux. Certes, il est plus dur d’écrire dans ces conditions. Mais c’est possible. Si tu souhaites écrire, organise-toi pour le faire, de façon régulière, tous les jours, si possible à heure fixe. Très bientôt, tu en éprouveras le besoin ; tu ressentiras les bénéfices de cette régularité. Tu ne pourras plus t’en passer. Et si tu écris une page par jour, trois cent soixante cinq jours par ans… Je te laisse faire le compte de ce que tu auras écrit à la fin de l’année.

Pour écrire, j’attendais toujours le moment du génie. Si j’eusse parlé de mon projet d’écrire, quelque homme sensé, m’eût dit : « Ecrivez tous les jours, pendant deux heures, génie ou non. » Ce mot m’eût fait employer dix ans de ma vie dépensés niaisement à attendre le génie, confesse Stendhal dans Vie de Henri Brulard.

Retrouvez : Marianne Jaeglé sur son blog

Découvrez le livre sur l’écriture de Marianne Jaeglé en cliquant sur l’image :

Partagez cet article

2 thoughts on “J’aimerais écrire, mais je n’ai pas le temps

  1. Marielle

    Bonjour,
    Juste une petite précision, c’est Stendhal qui a écrit la Vie de Henry Brulard.
    Bien cordialement,
    Marielle

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.