Expérimentation musicale autour du roman

Eric Debeir propose des expériences musicales et numériques autour de son roman policier, Le Dix-septième. Un concept qui se développe ?

Eric Debeir ne nous transporte pas simplement dans un roman mais dans une véritable aventure avec Le Dix-septième (La Tengo). L’auteur ne s’est pas contenté d’écrire un roman policier, il a érigé autour de son livre, disponible en librairie dès le 11 avril, tout un univers, musical et numérique.

Un roman musical

En tant que fond sonore ou véritable source d’inspiration, la musique accompagne parfois les écrivains. Certains vont même jusqu’à publier une discographie en annexe de leur roman, tant certaines chansons les ont aidés dans le processus d’écriture. Avec Le Dix-septième, Eric Debeir va plus loin. L’auteur, lui même musicien (membre d’un groupe de rock electro nommé Lonah), a composé un album qui illustre le roman. Les personnages ont chacun un thème musical, inspiré de leur personnalité. Des sons rock et électro, à découvrir sur le blog de l’auteur, plongent ainsi le lecteur dans l’univers du roman.

Chevaliers, extrait de l’album :

La musique permet-elle alors de mieux s’imprégner de l’ambiance d’un roman ? Cette association entre musique et littérature avait déjà été poussée à ce point par le chanteur et écrivain Mathias Malzieu. Son troisième roman La mécanique du coeur, paru en 2007 et vendu à 200 000 exemplaires, inspirera l’album du même nom de Dionysos, dont il est le chanteur. Plus qu’une ambiance musicale qui accompagne le livre, l’album retrace toute l’histoire du récit en chansons, avec les différent personnages interprétés par des chanteurs et acteurs comme Olivia Ruiz, Alain Bashung ou Jean Rochefort. En 2011, il lance une nouvelle expérience : L’homme-Volcan, un livre numérique visuel et musical, co-édité par Flammarion et l’agence Actialuna.

Un roman expérimental

« Copiez, diffusez, massacrez, c’est légal et encouragé. » Eric Debeir a mis à disposition en téléchargement légal et gratuit, les musiques du Dix-septième, invitant ainsi les internautes à se les approprier et à les remixer. L’expérience va plus loin puisque les chansons illustrent également des clips vidéo qui plongent un peu plus l’internaute dans l’ambiance du roman, sans en dévoiler l’intrigue.

Sans dire qu’elles deviennent courantes, ces expériences de littérature augmentée se développent de plus en plus. Le polar a d’ailleurs l’air de particulièrement se prêter à ces pratiques. Anthony Zuicker, le réalisateur de la série Les Experts, a publié en 2009, Level 26. Ce premier roman « digital » est accompagnée de clips vidéo visibles sur le site internet dédié à l’oeuvre. Zuiker crée alors, selon ses propres mots un « pont numérique ». Toutes les 20 pages du roman, le lecteur découvre un mot de passe, qui lui permet de visionner la vidéo en lien avec le chapitre qu’il vient de lire. Une expérience innovante qu’il a réitérée dans le tome 2 et le troisième sorti en 2012. L’expérience numérique est-elle un concept qui va se populariser ?

 

Partagez cet article

2 thoughts on “Expérimentation musicale autour du roman

  1. Alain Lasverne

    A titre de fait divers, l’info est notable. Cependant, un livre est un medium qui propose une réalité spécifique de par le support et de par son action sur la psyché du lecteur. Il est conçu pour cela. Mettre de la musique à côté signifie qu’il manque quelque chose à l’écrit, au roman que l’on a fait et/donne un autre sens à celui-ci.
    En ce sens, ce n’est pas de « réalité augmentée »dont il faut parler mais de « réalité diluée ».
    A mon humble avis, il s’agit là d’un pratique de merchandising et les auteurs qui s’y livrent sont au mieux abusés sur leurs écrits et ce qu’ils doivent y mettre pour qu’ils soient des œuvres complètes.

    Reply
  2. Nope

    Faux….

    En se renseignant un minimum, l’auteur est musicien, compositeur professionnel depuis dix ans, et l’album est juste excellent…

    Donc écouter un minimum et s’intéresser avant de juger est une bonne chose

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.