Ecrire un roman jeunesse d’aventure : d’abord trouver l’enjeu !

Christophe Loupy, alias Metantropo, est un auteur jeunesse édité et traduit dans plus d’une quinzaine de langues. Il vient de publier Wallis M. 14 ans, sauveur du monde (éditions Milan), et sortira bientôt le 4e tome de sa série Code Lady G ou la vie cachée et aventureuse de Lady Gaga ! (éditions MCL). Des romans ados placés sous le signe de l’aventure. Christophe Loupy est également l’auteur du Guide de l’édition jeunesse qui répertorie tous les éditeurs jeunesse francophones en précisant le type de livres qu’ils recherchent. Ce guide s’adresse à tous les auteurs et illustrateurs qui veulent écrire et travailler dans l’édition jeunesse.

Vous voulez savoir comment écrire un roman jeunesse d’aventure ? Suivez les conseils de Christophe Loupy :

 

 Quels personnages peut-on mettre en scène dans un roman jeunesse d’aventure ?
J’y vois un héros (ou une héroïne) qui serait projeté dans un domaine qu’il ne connaît pas, ou dans une situation qu’il ne maîtrise pas, ou encore dans un lieu inconnu, périlleux. Avec Wallis, par exemple, j’ai travaillé sur plusieurs niveaux. Cet ado qui vit une vie ordinaire, en fauteuil roulant, est soudainement propulsé dans une course pour sa survie et celle de l’humanité. En même temps, sa mission va le conduire dans un monde parallèle, fantastique, pour affronter ses ennemis. Pour écrire un roman d’aventure, il faut savoir donner du rythme au récit, “dynamiser l’enjeu”.

Qu’est-ce qu’un enjeu ?
C’est une question que l’on pose au départ de l’aventure et dont le héros est l’élément central. Pour mon roman Wallis, l’enjeu est : “Wallis arrivera-t-il à arrêter l’invasion des Kaméléons ?”. Dans Alice au pays des merveilles, l’enjeu est “Alice parviendra-t-elle à sortir du monde où elle est projetée ?”, etc. Cette question est souvent simple, facile à cerner pour le lecteur, et à la fin de l’histoire, on doit pouvoir y répondre par “oui”. Mais l’enjeu doit être fort. Plus l’enjeu est fort, plus le lecteur s’intéressera à cette histoire.

Comment dynamiser cet enjeu ?
Un enjeu fort est un enjeu où les forces en présence sont nettement déséquilibrées. Plus l’ennemi ou le danger sera puissant, plus l’enjeu prendra de la valeur dramatique. Inversement, plus le héros est ordinaire, voire affaibli, plus son combat sera grand et beau. Dans les récits d’aventure, on rencontre souvent un héros qui est “monsieur-tout-le-monde”. Bien souvent aussi, on lui attribue des problèmes personnels (psychologiques, physiques, relationnels…). Dans “Wallis”, j’ai par exemple choisi un ado hémiplégique. Je savais que cela serait le départ de longues galères pour le mettre en scène et en faire un héros “sauveur du monde”, mais je savais aussi que c’est à ce prix que l’on dynamise un enjeu. L’autre avantage d’amoindrir les capacités du héros est que le lecteur s’identifie plus facilement à lui. Face à votre héros, soignez également son ennemi. Il doit paraître indestructible. Cette adversité doit ressembler à une montagne infranchissable. N’hésitez pas à mettre votre héros en échec, en danger perpétuel, sur le fil de la mort, face à cet ennemi. Il s’en relèvera grandi quand le dénouement viendra. Donnez l’impression à votre lecteur que plus le récit avance, plus l’ennemi prend l’ascendant sur le héros, voire qu’il l’écrase par sa puissance.

Pouvez-vous nous donner un exemple concret ?
Dans un épisode de “Code Lady G”, je me souviens avoir mis “ma chanteuse adorée” dans une situation impossible. Moi-même, je ne savais pas, au départ, comment je pourrais faire pour l’en sortir (elle était enfermée avec un compagnon dans un cul-de-basse-fosse qui se remplissait d’eau. Au-dessus d’eux, une trappe fermée par un madrier était surveillée par un garde armé). Créer des situations impossibles est un challenge intéressant, essayez. Vous verrez qu’au bout de quelques jours, à triturer cette situation dans tous les sens, on finit par trouver LA solution, celle qui va donner une scène explosive, celle qui remet l’enjeu en tension et redonne du rythme à votre récit.

Les points clés à retenir :
– Choisissez un enjeu fort et définissez-le avec précision,
– Dimensionnez vos personnages pour déséquilibrer les forces en présence,
– Jouez sur ce déséquilibre pour dynamiser

 
 

Partagez cet article

One thought on “Ecrire un roman jeunesse d’aventure : d’abord trouver l’enjeu !

  1. Tintin

    Merci pour cet article! Il me guidera dans la construction de l’enjeu de mon récit plus qu’avec tout autre moyen!

    Cependant, pouvez-vous faire un article sur « comment bien écrire le début d’un roman d’aventure jeunesse » ou quelque chose qui y ressemble?

    Merci d’avance, Tintin.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.