Ecrire une nouvelle d’après un fait divers

Les quotidiens régionaux regorgent de faits divers qui font un point de départ idéal pour une nouvelle. Voici les questions à vous poser avant de vous lancer…

Les quotidiens régionaux regorgent souvent d’histoires qui constituent un point de départ idéal pour une nouvelle. Mais attention, il ne suffit pas de reconstruire l’enchaînement des faits. Voici quelques questions à vous poser avant de vous lancer :

Tenez-vous un vrai sujet ?
Assurez-vous tout d’abord d’avoir plus qu’une simple anecdote. Car ce n’est pas l’étrangeté de la situation qui constituera le fond de votre nouvelle, mais les personnages. Derrière l’histoire drôle ou terrible que vous avez lue, pensez-vous pouvoir dégager des personnages intéressants ?

Qui raconte l’histoire ?
Il est indispensable de trouver qui sera le narrateur de votre histoire. Il peut s’agir de la personne qui se trouve au centre même de ce fait divers. Mais vous pouvez également inventer un autre personnage qui aura un point de vue extérieur : le fils ou la fille du protagoniste, ou encore un voisin.

Où se passe l’histoire ?
Si vous avez lu ce fait divers dans un journal régional, l’endroit est tout trouvé. Vous pouvez aller faire un tour sur place pour découvrir l’agencement des lieux. Mais vous pouvez également choisir de déplacer votre histoire dans une région ou un lieu que vous connaissez bien. Dans ce cas, faites particulièrement attention à la cohérence du récit. Si le fait divers relate un assassinat lors d’une cueillette dans un champ d’oliviers, vous risquez de manquer beaucoup de détails intéressants en transposant cette histoire en Picardie…

Quelles sont les expressions locales ?
Planter son décor dans une région spécifique demande également de s’intéresser aux expressions locales. Vous pourrez ensuite les replacer dans la bouche de vos personnages. Pour en repérer quelques-unes, le mieux est de passer du temps dans les endroits publics. Rien de tel qu’un marché ou un bistrot. Peut-être même que vous y entendrez parler de « votre » affaire…
(Crédit photo : © vladimir kondrachov – Fotolia)

APPRENEZ À ÉCRIRE UNE NOUVELLE EFFICACE !
PARTICIPEZ À NOTRE ATELIER D’ÉCRITURE :
« ÉCRIRE À PARTIR D’UN FAIT DIVERS »

Le fait divers appartient à la vie quotidienne. C’est un évènement qui vient perturber le bon ordre des choses. A partir d’un fait divers que vous aurez choisi, vous apprendrez à vous poser les bonnes questions pour pouvoir écrire un récit de fiction. L’animatrice de cet atelier Marie Vindy est écrivaine et chroniqueuse judiciaire pour le journal Le Bien Public. Voici quelques-uns de ses romans : Une femme seule (Fayard noir, 2012), Cavales (2014) et de Chiennes (août 2015) aux éditions la Manufacture de livres. En tant que romancière, son univers est ancré dans les réalités du crime et du fait divers : meurtres, vols, viols, incestes. Marie Vindy se joue des maux de la société et des travers des hommes qui la peuplent pour mieux les faire émerger dans la fiction. En savoir +

Partagez cet article

5 thoughts on “Ecrire une nouvelle d’après un fait divers

  1. Catherine HOLLOCOU

    Ce genre d’expérience me tentait beaucoup au début que j’écrivais. J’étais toujours en recherche d’inspiration. Aujourd’hui je construis d’abord des personnages et l’intrigue vient ensuite. Ce n’est pas plus facile pour autant. Quand dois-je introduire tel milieu, tel lieu, aller sur place, s’en imprégner ou le rêver ? Tout est là. Et le plus difficile est de tout concilier…

    Reply
  2. nicole

    🙂
    moi je fais ça avec les anecdotes enfantines!
    C’est comme cela qu’est né mon dernier livre publié: « Elle et le cadeau de l’arbre ».
    je ne sais pas si j’en viendrais un jour aux faits divers!

    Reply
  3. Martine

    L’écrivain Didier Daeninckx sait en tirer parti de manière magistrale !… Mais il est clair qu’il ne suffit pas d’avoir une anecdote, il faut aussi, outre de beaux personnages, trouver un style, un ton. Un bon gros travail d’écriture, quoi.

    Reply
  4. Dragonapalm

    je remets ici une question, à ce propos, que j’avais posée sur la page Facebook:
    Je voulais écrire une nouvelle un peu fantastique à partir d’un fait divers qui a défrayé la chronique mais il me manque la réponse à ma question essentielle: jusqu’où peut-on s’inspirer et aller dans le réalisme? En cas de publication, les protagonistes de l’affaire encore en vie peuvent-ils se retourner contre vous? Je crois que ce problème juridique n’a pas été évoqué.
    En effet, une auteur de polar aussi sérieuse que Lalie Walker s’est retrouvée attaquée pour diffamation par des commerçants qui avaient pris les personnages de son dernier roman comme une allusion à leurs personnes et à une affaire de licenciement dont elle n’avait en fait jamais entendu parler. La justice lui a rendu raison mais ça fait froid dans le dos.

    Reply
  5. Elisette Andréa

    moi j’en ai créé. Mais pouvez-vous m’aider? … en faite, je ne sais vraiment pas comment introduire le fait d’hivers au début ! on dit , genre : D’après le fait d’hivers que j’ai lu.. / ou …. Je me suis inspiré de …. / ou comment ?

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.