Ecrire, entre réalité et imagination

Que ce soit en matière de lieux, de personnages, de marques ou d’entreprises, l’écrivain est toujours confronté au choix entre l’imaginaire et la réalité. Vaut-il mieux créer de toutes pièces ou bien emprunter à la réalité ce qui existe déjà? Découvrez les avantages et les inconvénients de ces 2 solutions :

Utiliser l’imagination

Inventer des lieux de toutes pièces peut éviter à l’écrivain de se retrouver dans une impasse. Car s’il décide d’utiliser comme décor de son livre un lieu très connu, il est tenu de coller à la réalité. Sinon ses lecteurs risquent de penser qu’il a fait une erreur. Même chose pour les personnes ou les entreprises. En choisissant de mettre en avant une célébrité, une marque ou une entreprise fictives, l’auteur n’a pas à faire référence à des éléments dont tout le monde dispose. C’est notamment vrai pour l’usage des marques. Car chacune d’entre elles véhicule un ensemble d’éléments constitutifs de son univers et qui accompagnent sa représentation (le territoire de la marque). Si l’on parle de Nutella par exemple, difficile de faire abstraction de ce que cette marque va évoquer chez les lecteurs. Inventer des chansons ou des émissions de télévision permet également de ne pas fixer le récit dans le temps.

Décrire le réel

Mais un récit basé sur le réel permet d' »économiser » bien des descriptions. L’auteur peut en effet utiliser ces fameux territoires de marques pour fournir aux lecteurs de nombreuses informations. Choisir de faire rouler son héros dans une Twingo ou une Porsche donne un certain nombre d’indications sur sa personnalité. Alors, si l’auteur veut faire comprendre que son héros se déplace en voiture haut de gamme pourquoi inventer une nouvelle marque ? Utiliser la réalité permet également de se confronter à des limites. Mais ce sont justement ces limites et ces restrictions qui ajoutent de la force au récit.

Mêler imaginaire et réalité

L’avantage de mêler imaginaire et réalité, c’est que les parties réelles rendent vraisemblables les éléments tirés de l’imagination de l’auteur. Cependant, miser sur l’imaginaire ne doit pas être une excuse pour éviter de faire des recherches. Car c’est grâce à une phase de recherche préalable que l’auteur pourra construire son propre monde. S’il veut par exemple inventer un parc d’attractions d’un nouveau genre, il lui faudra d’abord se renseigner sur ce qui se fait déjà en la matière.

(Crédit photo :  © wong yu liang – Fotolia.com)

Partagez cet article

One thought on “Ecrire, entre réalité et imagination

  1. Sylvain

    Bonjour, j’ai une petite question : ne faut-il pas d’autorisations pour situer l’action d’une oeuvre de fiction dans un lieu ou une institution réelle ? Par exemple, peut-on écrire un roman dont l’action se déroule à l’INSERM ? Merci 😉

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.