Dix écrivains en lice pour donner leur nom… à une morgue

Chaque auteur a imaginé un roman policier. Le vainqueur est celui qui recueillera le plus de voix de la part des lecteurs. Le but de cette compétition est de récolter des fonds pour la construction du centre médico-légal.

On en sait un peu plus sur le future centre médico-légal de l’université de Dundee (Ecosse). Souvenez-vous, au mois de juin, nous vous parlions de ces auteurs de romans policiers décidés à se mobiliser pour récolter le million de livres sterling (1,12 M€) manquant à la construction du nouvel édifice. Parmi eux : Val McDermid, qui a reçu à maintes reprises de l’aide de la part du centre universitaire pour l’anatomie et l’identification humaine de Dundee, et qui n’a pas hésité à rendre la pareille.

Quatre mois plus tard, la collecte d’argent entre dans sa phase active. Elle est associée à une compétition réunissant dix écrivains en concurrence pour donner leur nom au bâtiment. Outre Val McDermid, on retrouve Jeffery Deaver (l’auteur du dernier James Bond), Jeff Lindsay (le créateur de Dexter, le policier tueur en série), Harlan Coben, Tess Gerritsen, Kathy Reichs, Lee Child, Mark Billingham, Stuart MacBride et Peter James.

Vote en ligne sur un site Internet dédié

Le principe est simple : tous les auteurs ont imaginé un polar spécialement pour l’occasion. La nouvelle morgue prendra le nom de l’auteur dont l’histoire recueillera le plus de votes sur le site www.millionforamorgue.com. Pour apporter leur soutien à leur auteur favori, les internautes doivent faire un don pour la construction du centre. Chaque livre sterling donnée équivaut à une voix. Le vainqueur sera annoncé quand la somme d’un million de livres sterling sera atteinte.

La nouvelle morgue permettra au centre médico-légal d’adopter la méthode d’embaumement de Thiel. Grâce à cette technique révolutionnaire, les corps embaumés demeurent dans un état de souplesse presque intégrale, tandis que les organes internes conservent leur couleur d’origine. Cette méthode sera très utile pour les médecins légistes, pour les chercheurs et pour les chirurgiens, qui pourront ainsi tester de nouveaux traitements ou de nouvelles techniques d’opération.

(d’après The Daily Telegraph)

Sur le même sujet, lire aussi : 

Des auteurs de romans policiers vont financer… une morgue

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.