Des auteurs de romans policiers vont financer… une morgue

La solidarité prend parfois un tour original. Pour remercier les légistes de leurs conseils, des auteurs de polars vont subventionner un centre médico-légal.

Un moyen de rendre la pareille. Plusieurs auteurs de romans policiers à succès ont accepté de financer en partie la construction d’une nouvelle morgue à l’université de Dundee (Ecosse), en signe de gratitude pour toute l’aide que les criminologues leur apportent dans l’écriture de leurs polars. Patricia Cornwell, Val McDermid ou Nicci French font notamment partie de ces romanciers, alors que la faculté a encore besoin d’un million de livres sterling (1,12 M€) pour mener à bien l’opération.

« C’est le moins qu’on puisse faire »

« Je connais Sue (NDLR : Black, directrice du centre universitaire pour l’anatomie et l’identification humaine) depuis des années et elle m’aide toujours de manière formidable quand j’ai besoin de détails macabres pour alimenter mes histoires. Quand elle m’a parlé de ce projet, je n’ai donc pas hésité, explique Val McDermid. Tous les auteurs de romans policiers font appel à des professionnels comme Sue pour s’assurer que les détails de leurs meurtres soient justes. Leur donner un coup de pouce pour ce projet, c’est le moins qu’on puisse faire. »

Et l’auteur de citer notamment un de ses romans (Cleanskin), dont l’idée lui aurait été inspirée directement par ce que lui a dit son amie sur les tatouages. « Toutes les choses qu’elle m’a racontées, je les ai utilisées dans mes livres, confie Val McDermid. Je pense par exemple à la méthode qui permet de déterminer, juste en analysant les dents d’un cadavre, où il a grandi et où sa mère vivait quand elle était enceinte de lui. » Avant de résumer : « Ce que racontent les médecins légistes, c’est le genre de détails qui donne son authenticité à une histoire. »

Concours pour donner un nom à la nouvelle structure

Si elle est construite, la nouvelle morgue permettra au Professeur Black et à ses collègues d’adopter la méthode d’embaumement de Thiel. Celle-ci offre aux corps embaumés de conserver une souplesse presque intégrale, tandis que les organes internes conservent leur couleur d’origine. Utile pour les médecins légistes, elle le serait aussi pour les chercheurs et les chirurgiens, qui pourraient ainsi tester de manière plus réaliste de nouveaux traitements ou de nouvelles techniques d’opération.

Outre cette mobilisation d’auteurs renommés, l’université de Dundee fait appel à la générosité du public. Les donateurs reçoivent une voix pour chaque livre sterling versée. Ces voix serviront à élire l’auteur de polars qui donnera son nom au nouveau centre médico-légal.

 

Partagez cet article

One thought on “Des auteurs de romans policiers vont financer… une morgue

  1. Pingback: Dix écrivains en lice pour donner leur nom… à une morgue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.