De l’intérêt du prologue

Selon Le Petit Robert : « un prologue est la première partie d’un roman ou d’une pièce présentant des événements antérieurs à l’action proprement dite ». En général, la taille d’un prologue dépend de la nature de l’histoire. Cependant, il est préférable de ne pas écrire un trop long prologue : une à cinq pages au maximum.

A quoi sert un prologue ?

Dans un roman de science-fiction ou de fantasy par exemple, un prologue peut permettre de fournir aux lecteurs des éléments de base pour comprendre le décor et la culture d’un univers particulier avant que l’histoire ne commence. Mais attention à ne pas donner trop de précisions, juste de quoi éveiller l’intérêt des lecteurs.

Dans un roman historique raconté à la première personne, le prologue peut servir à expliquer pourquoi le narrateur a décidé de raconter ce récit. Mais il faut prendre garde à ne pas ruiner le sentiment d’authenticité que les lecteurs apprécient dans les romans historiques.

Dans un thriller, un prologue sert souvent à dépeindre un crime en cours de réalisation ou en train d’être comploté. Il peut également faire allusion à un crime qui va être commis. Le lecteur est alors le seul à l’apprendre. Quant au protagoniste chargé de résoudre le crime, il apparaîtra dans le premier chapitre du roman. Le prologue aura alors servi à créer le suspens et à éveiller l’intérêt du lecteur.

Un prologue peut également laisser présager un événement majeur telle qu’une guerre, une catastrophe naturelle ou encore un revers dans la vie d’un des personnages. Il peut également permettre de faire un flashback sur un événement qui aura de l’importance plus tard dans le récit.

Les limites du prologue  

Les adversaires du prologue estiment qu’il peut limiter les réflexions nécessaires au lecteur pour comprendre l’intrigue. Il risque ainsi de réduire le suspens et la tension qui sont indispensables pour maintenir l’attention du lecteur. En effet, dans les thrillers notamment, une bonne partie de l’action repose sur le fait que le lecteur joue le rôle d’un détective amateur aux côtés du protagoniste qui doit résoudre le crime.

En quoi est-il différent d’un premier chapitre ?

En général un prologue se situe hors de l’action principale et même si parfois il peut contenir une scène, il ne doit pas nécessairement faire apparaître le personnage principal. Pour écrire un prologue, vous pouvez donc choisir un point de vue différent ou utiliser l’aide d’un narrateur omniscient.

Finalement faut-il utiliser un prologue ?

L’erreur la plus commune consiste à écrire le premier chapitre de son roman et de le renommer Prologue. Certains écrivains pensent en effet qu’ajouter un prologue rend le roman plus sophistiqué. Mais le prologue devrait plutôt se limiter à être un outil qui introduit différents éléments avant le commencement de l’histoire. A vous d’en juger !

(D’après Bharti Kirchner, The Writer 12/10, © Stephen Coburn – Fotolia.com)

Ecrivain biographe ?

visu-biographe-carreVous avez envie de faire revivre vos souvenirs d’enfance, les rencontres et les événements qui vous ont marqué(e). Racontez-nous votre vie et nous l’écrirons ! En savoir +

Vous souhaitez faire évaluer votre manuscrit ?

visu-diagnostic-carreUn conseiller littéraire expérimenté vous offre un retour critique, constructif et détaillé sur votre roman ou votre recueil de nouvelles pour vous aider à l’améliorer. En savoir +

Partagez cet article

One thought on “De l’intérêt du prologue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.