Davantage de publicité pour le livre

Le livre a connu une visibilité plus grande en 2011. Pourtant, les éditeurs ont investi dans la publicité une somme équivalente à celle de l’année précédente, soit 158 millions d’euros. Des tarifs moins élevés et plus de partenariats viennent expliquer cette meilleure visibilité. 

Selon les statistiques de Kantar Media, les recettes de la publicité littéraire connaissent en 2011 une baisse d’1,5% mais elle se rattrape avec une meilleure visibilité et une croissance régulière au cours des dix dernières années. Livres Hebdo a recueilli les propos de responsables marketing de plusieurs maisons d’édition qui viennent confirmer des investissements stables dans la publicité. Ainsi, Anne Assous, directrice marketing de Gallimard, remarque que la progression de 13% avancée par l’étude « correspond sans doute à celle de notre visibilité, mais pas à notre investissement, stable voire en léger repli, comme nous le prévoyons cette année. »

Des partenariats entre annonceurs et médias

Il est, dans ce domaine, difficile d’obtenir des chiffres exactes concernant les investissements des éditeurs. En cause : des négociations secrètes sur les partenariats. Or ces derniers représentent une part importante dans les investissements des maisons d’édition. L’étude estime par exemple le budget de Larousse à 5 millions d’euros sans pour autant connaître le montant exacte du « sponsoring » de l’émission « Questions pour un champion » sur France 3.

Le livre mis en avant dans la presse

L’étude constate une baisse de recettes pour la publicité littéraire dans quasiment tous les médias. Tous sauf  le cinéma et la presse. Livres Hebdo révèle que la presse a baissé ses tarifs, en s’appuyant sur l’exemple du magazine Elle dont les tarifs ont chuté de 27%. Si certains quotidiens (Le Parisien, Le Figaro, La Croix) et certains magazines (Madame Figaro) ont dû multiplier les offres commerciales pour garder leur clients dans le monde de l’édition, d’autres n’ont pas ce problème. Gala et Psychologies par exemple, connaissent une hausse de leurs pages publicitaires consacrées à la littérature.

De leur côté, la radio et l’affichage restent les médias privilégiés des éditeurs, offrant une bonne visibilité pour des prix abordables. Mais là encore, on constate une baisse des recettes par rapport à 2011, de 11% pour la radio et 5% pour l’affichage.

Partagez cet article

One thought on “Davantage de publicité pour le livre

  1. Didier Filipowiak

    A mon sens, une émission télévisée comme « La grande librairie » sur France5 prend une part importante dans la publicité des maisons d’édition au travers des auteurs présentés au grand public qu’elles publient.
    Quel est le coût pour lesdites maisons d’édition ?

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.