Comment écrire un thriller ? (1e partie)

Voici 5 éléments incontournables pour écrire un thriller. Ils devraient vous aider à tenir vos lecteurs en haleine et à leur glacer le sang…

Evidemment, il n’y a pas de recette infaillible pour écrire un thriller. Ce serait trop simple… En revanche il existe des éléments spécifiques que l’on retrouve dans chaque livre de ce genre littéraire. Des bases sur lesquelles vous pourrez construire une histoire qui tiendra vos lecteurs en haleine et leur glacera le sang. Voici 5 éléments incontournables qui devraient vous aider à planter le décor :

Peur

Un thriller porte souvent sur un projet machiavélique qu’il faut à tout prix stopper ou sur des meurtres qu’il faut empêcher. En général, les protagonistes sont des personnes innocentes et en danger. N’oubliez pas qu’en anglais le verbe to thrill signifie frémir. Ainsi, un thriller repose sur la peur. Si vous souhaitez écrire un thriller, assurez-vous que l’émotion dominante est bien la peur (pour le héros et par conséquent pour le lecteur). La peur met le héros sur le fil du rasoir. Il se sent seul, désespéré, a peur de mourir… Autant d’émotions que le lecteur s’appropriera par empathie.

Anti-héros

Le personnage le plus important d’un thriller est finalement le « méchant ». C’est en effet lui qui fournit l’intrigue et l’objectif de l’histoire : c’est son projet qu’il faut stopper. C’est lui qui initie l’action, tandis que le héros donne la personnalité de l’histoire. C’est pour le héros que les lecteurs ont de l’empathie. Ce sentiment sera renforcé si le héros est un anti-héros avec des difficultés et des failles. Nous aimons tous les anti-héros car nous nous sentons plus proches d’eux que d’un héros invicible et presque inhumain.

Point de vue

La plupart des thrillers mettent en avant plusieurs points de vue. Les avantages sont nombreux. D’une part, cela permet d’étoffer les personnages secondaires. Chaque personnage pense qu’il s’agit de sa propre histoire et chacun d’entre eux a des motivations, désirs et craintes différents. C’est particulièrement vrai pour les « méchants » car aucun d’entre eux en se regardant dans la glace ne pense qu’il a le visage du diable. Au contraire, les motivations de leurs actes ignobles sont souvent nobles. D’autre part, adopter plusieurs points de vue permet aux différents personnages de donner au lecteur des commentaires importants et des informations techniques. Enfin, les points de vue multiples permettent également de créer une tension dramatique. Si le lecteur connaît le projet du « méchant », qu’il en sait plus que le héros, le suspens et la peur qu’il ressent seront intensifiés.

Action

Tous les thrillers raconte une histoire dans laque on essaie de prévenir un crime. C’est pourquoi la plupart des thrillers s’ouvre sur une scène de menace ou de violence. De quoi accrocher le lecteur. Sans compter qu’une action en ouverture permet de prévenir le lecteur du genre de littérature auquel le livre appartient.

Quête

Dans un thriller, la quête du héros est bien sûr de stopper le plan du « méchant ». Mais en réalité cette quête est souvent double. Il y a d’une part, la quête publique, facilement identifiable si le héros est policier. D’autre part, la quête personnelle peut se traduire par la lutte du héros contre ses démons intérieurs (n’oublions pas qu’il est un anti-héros) qui peuvent être l’alcoolisme, la solitude ou encore la culpabilité. C’est cette quête personnelle qui vous permettra d’étoffer votre personnage et de le rendre héroïque aux yeux du lecteur. Le héros devra bien sûr atteindre sa quête personnelle en même temps que sa quête publique.

A suivre D’autres éléments sont indispensables à la fabrication d’une thriller. Vous les découvrirez dans la seconde partie de l’article : Comment écrire un thriller ? (2e partie)

(Crédit photo : © robodread – Fotolia.com)

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.