Comment écrire l’amour sans clichés ?

Comment faire pour réussir à écrire sur l’amour sans tomber dans les clichés ou les banalités ? Les écrivains qui abordent le sujet ont chacun trouver une méthode pour éviter de tomber dans les lieux communs et les généralités qui ennuient les lecteurs. Découvrez comment les écrivains Wally Lamb et Alix Ohlin écrivent l’amour sans clichés. Tous deux étaient présents lors de l’édition 2014 du Festival America.

Wally LambWally Lamb est un écrivain américain né en 1950. Il s’est imposé sur la scène littéraire avec ses trois premiers romans et anime bénévolement un atelier d’écriture dans une prison pour femme du Connecticut. Ce sont les échanges avec ces femmes qui lui ont inspiré son dernier roman Nous sommes l’eau (Belfond, 2014).

« Pour éviter les clichés, je me penche sur des histoires d’amour qui ne fonctionnent pas, des histoires d’amour qui sont un peu bancales. J’ai écrit par exemple un livre sur de vrais jumeaux dont l’un devient schizophrène à 19 ans. L’autre jumeau doit veiller sur son frère et il devient très amer. Cela représente un fardeau pour lui, cela lui prend beaucoup de temps. Le dernier livre que j’ai écrit Nous sommes l’eau raconte l’histoire d’un couple marié depuis 20 ans. Ils divorcent et la femme va épouser une autre femme dans l’Etat du Connectitut où le mariage gay a été légalisé. Je parle donc des répercussions de ce type de mariage sur les proches et sur les enfants. »

Alix OhlinAlix Ohlin est née à Montréal. Elle vit aujourd’hui en Pennsylvanie et enseigne au Lafayette College ainsi qu’au sein du Warren Wilson MFA Program for Writers. Inside (Gallimard, 2013) est son premier roman traduit en français.

« Je pense qu’on n’a jamais épuisé les histoires d’amour. L’amour, c’est la chose la plus universelle, c’est ce qui dure le plus dans tout ce qui nous arrive. Cela peut sembler un peu cliché lorsque l’amour arrive aux autres. Mais quand c’est vous que cela touche, c’est la chose la plus grande, la plus belle et la plus durable qui puisse arriver dans votre vie. Dans mes livres, j’essaie donc d’écrire des histoires qui sortent du cocon habituel de l’histoire dans laquelle tout finit bien ou du scénario à l’eau rose qu’on trouve dans les films romantiques. Dans mon dernier livre, j’ai écrit l’histoire d’amour de deux personnes qui ont divorcé depuis de nombreuses années et qui découvrent une nouvelle forme de relation, une relation d’amitié. Je parle également d’une histoire d’amour platonique entre une jeune femme et une adolescente fugueuse. C’est une histoire qui ne satisfait ni l’une ni l’autre. Cette jeune femme à travers la relation qu’elle entretient avec l’adolescente va voir émerger sa propre vulnérabilité. Je pense qu’il faut garder en tête que l’amour existe sous des formes très différentes et pas uniquement dans le cadre d’une relation hétérosexuelle entre un homme et une femme. »
(crédit photo : Emma Dodge Hanson)

Vous souhaitez faire évaluer votre manuscrit ?

visu-diagnostic-carreUn conseiller littéraire expérimenté vous offre un retour critique, constructif et détaillé sur votre roman ou votre recueil de nouvelles pour vous aider à l’améliorer. En savoir +

Vous souhaitez faire corriger votre manuscrit ?

visu-correction-carreUne correctrice professionnelle débusque dans votre texte les erreurs d’orthographe, de grammaire et de syntaxe, les fautes typographiques, les lourdeurs et les répétitions. En savoir +

Partagez cet article

5 thoughts on “Comment écrire l’amour sans clichés ?

  1. JAMELOT GENEVIEVE

    Une faute d’orthographe dans la présentation d’un article ( par ailleurs très intéressant ) concernant la littérature me gêne terriblement…..

    Reply
  2. JEAN Brigitte

    D’accord avec Geneviève ! Bien sûr, la faute n’est pas dans l’expression « sans clichés », mais dans l’introduction de l’article, à la deuxième ligne, sur « trouver » qui doit évidemment s’accorder « trouvé ».

    Reply
  3. Hervé DOSSOU

    Je suis d’avis avec ceux qui ont pu dénicher la coquille qui se trouve dans la présentation de l’article, car « trouver » ne peut pas être à l’infinitif: c’est plutôt un participe passé qui doit s’accorder avec le complément d’objet direct, lequel complément est placé avant lui: le participe sera donc invariable. Je suis une fois de plus d’avis avec Geneviève lorsqu’elle pense que cela gêne quand le sujet abordé s’inscrit dans le domaine de la littérature; mais on peut mettre cela sous le coup d’une erreur de frappe.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.