Cocorico pour les éditions Gallic Books

Il existe au Royaume-Uni un éditeur spécialisé dans les livres français. Un défi dans ce pays où les auteurs étrangers ne représentent que 3 % du marché.

C’est ce qu’on appelle une niche. Depuis leur création en 2006, les éditions Gallic Books, basées à Londres, ne publient que des traductions d’auteurs francophones – « Le meilleur du français en anglais » est d’ailleurs leur devise. Chaque année, ce sont ainsi une dizaine d’ouvrages qui traversent la Manche pour atterrir sur les étagères des librairies britanniques. Après un gros travail de marketing.

« Il ne faut négliger aucun outil », confirme Jane Aitken, directeur général. Publicité en ligne (notamment sur Spotify, le logiciel gratuit de streaming musical), cartes postales publicitaires, affiches dans le métro londonien… Gallic Books essaye d’être présent partout, et sous toutes les formes. La maison d’édition travaille aussi beaucoup avec les bloggeurs littéraires et les clubs de lecture, et maintient des relations très fortes avec les libraires indépendants. Elle aime également faire venir ses auteurs pour des séances de dédicace. Pendant la toute récente Foire du livre de Londres, Guillaume Musso est ainsi venu présenter son roman traduit Que serais-je sans toi ? (titre anglais : Where would I be without you?) publié par Gallic Books dernièrement.

Un créneau à exploiter

A l’origine de ce pari un peu fou qu’est Gallic Books se trouvent deux femmes : Jane Aitken donc, et Pilar Webb. Toutes deux viennent des éditions Random House. Et toutes deux, bien sûr, sont francophiles. Aitken a même vécu en France. C’est d’ailleurs en voyant dans les librairies le nombre de livres traduits de l’anglais qu’elle s’est dit : « Et pourquoi ne pas faire la même chose avec les livres français au Royaume-Uni ? Il y a un créneau à exploiter. Les éditeurs publient des traductions d’auteurs étrangers, mais aucun ne s’était spécialisé dans les auteurs français. »

Les romans policiers et les fictions historiques ont été les premiers genres littéraires à être transposés. « Nous cherchions des livres susceptibles de bien fonctionner sur le marché britannique, raconte Jane Aitken. Et c’est le cas pour ces deux catégories. » Les enquêtes du détective Victor Legris ont ainsi inauguré la liste des livres traduits et publiés par Gallic Books.

Muriel Barbery, le coup de poker

Le crime et l’histoire vont rester le fonds de commerce de la maison d’édition jusqu’en 2010, année où elle tente un coup de poker. Aitken et Webb décident en effet de traduire L’élégance du hérisson, de Muriel Barbery. Les libraires sont sceptiques : le livre est de qualité, mais l’histoire n’est pas l’aspect principal de l’ouvrage, ce qui risque de décourager les lecteurs britanniques. Erreur, car le succès est au rendez-vous. Gallic Books vendra plus de 100 000 exemplaires du roman.

Ce carton inattendu fait réfléchir Aitken et Webb, qui décident de ne plus se limiter à un genre particulier. « Les seules conditions pour qu’on s’intéresse à un livre français, c’est qu’il soit contemporain et qu’il ait déjà bien marché en France », confie la directrice générale. Prochain défi : imposer Anna Gavalda. Chatto & Windus a déjà essayé avec L’échappée belle (Breaking Away en anglais), mais sans réussite.

Développement en cours

En attendant, Gallic Books continue de développer son équipe de traducteurs. L’éditeur en compte cinq / six pour le moment. Une partie est salariée à plein temps, l’autre fonctionne en free lance. Aitken et Webb sont aussi en train de monter un système de tutorat. Avec une idée : engager des étudiants tout frais sortis de l’université et les faire encadrer par le « roi » de la traduction français vers anglais, Ros Schwartz.

(d’après Publishing Perspectives)

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.