« Trouver un éditeur, c’est comme se trouver une famille »

Brahim MetibaBrahim Metiba est écrivain. Son premier roman Ma mère et moi (éd. du Mauconduit, 2015) faisait partie de la dernière sélection du prix littéraire Hors Concours qui vise à promouvoir la diversité de l’édition indépendante. Dans cet entretien, Brahim Metiba témoigne de son travail d’écrivain et de sa relation avec son éditrice. En parallèle, un autre entretien donne la parole à Laurence Santantonios, la fondatrice des éditions du Mauconduit et présente sa vision du rôle de l’éditeur.

Ma mère et moi est le premier livre que vous avez publié en 2015.
Brahim Metiba : J’avais écrit une petite dizaine de romans avant celui-ci. Et à un moment, cela a été prêt pour être publié. J’ai toujours tourné autour des mêmes thèmes et des mêmes problématiques, je crois que l’on peut parler d’autofiction.

Comment écrivez-vous ?
B. M. : Je fonctionne par obsession, j’ai un thème qui m’obsède et à un moment, je lui trouve une forme, j’écris un premier jet et je le teste. J’ai la chance d’avoir un entourage assez littéraire et cela m’a aidé d’avoir un regard critique avant de présenter mon manuscrit à un éditeur. J’avoue que j’ai peu retravaillé ce texte, même une fois accepté par mon éditrice Laurence Santantonios. La question de la longueur du texte s’est posée, mon éditrice aurait aimé qu’il soit plus long. Nous avons réfléchi ensemble sur ce que le texte pourrait devenir et puis finalement nous ne l’avons pas rallongé. Quant à retoucher la forme ou le contenu, cela a été extrêmement minime. Je pense que ce texte a mûri une douzaine d’années en moi. Je veux vraiment insister sur le fait qu’il ne s’agit pas que d’écriture. Mon écriture s’enrichit de beaucoup de choses, les rencontres, la lecture, j’annote les livres que je lis et j’ai repris des études de philosophie. Je pense que la lecture fait vraiment partie du travail d’écriture. Ce n’est pas le même livre que j’ai retravaillé pendant toutes ces années, mais il y a eu plusieurs tentatives. Les textes précédents je ne les ai même pas envoyés à un éditeur car mon entourage m’en a dissuadé en me disant que ce n’était pas publiable, pas suffisamment mûr. On m’a plutôt encouragé à continuer à travailler.

Comment avez-vous trouvé la maison d’édition du Mauconduit ?
B. M. : J’ai contacté pas mal d’éditeurs et puis à un moment, j’ai voulu cibler, justement à cause de la longueur du texte. Je suis allé dans une librairie et j’ai demandé des livres d’éditeurs qui éditent des textes courts et le libraire m’a présenté les édtions du Mauconduit qui venait de publier un texte très court d’Annie Ernaux Retour à Yvetot. En rentrant chez moi, j’ai visité le site internet des éditions du Mauconduit et je me suis rendu compte qu’en plus de cette longueur de texte, mon manuscrit s’inscrivait pleinement dans la ligne éditoriale de la maison d’édition. J’ai donc envoyé mon texte à Laurence Santantonios qui l’a accepté.
Trouver un éditeur, c’est comme se trouver une famille. Dan mon cas, il s’agissait de trouver quelqu’un qui croit en moi suffisamment pour m’accompagner.

 Comment avez-vous travaillé avec votre éditrice sur vos autres livres ?
B. M. : Le deuxième Je n’ai pas eu le temps de bavarder avec toi a été publié en octobre 2015. Un troisième vient de sortir en janvier 2016 : La voix de Papageno. Pour ce texte, j’ai vraiment travaillé avec mon éditrice sur la meilleure façon de le présenter aux lecteurs. Laurence Santantonios pense en effet que c’est un texte hermétique qui doit soigner sa présentation en présentant une préface ou une postface pour mieux préparer les lecteurs à mon écriture métaphorique. Ce travail en commun m’a fait mûrir. Et l’on peut dire que cela a été comment un travail d’accouchement.  Mon éditrice a choisi de publier mon troisième manuscrit alors qu’il pourrait être considéré comme un véritable risque sur le plan financier. C’est remarquable pour un écrivain de se sentir compris et accompagné de cette façon.
(photo : ©Judith Aquien)

Découvrez l’interview de l’éditrice Laurence Sanantonios, la fondatrice des éditions du Mauconduit

FOCUS SUR le prix littéraire Hors Concours
Hors Concours est un prix littéraire dédié exclusivement aux auteurs et éditeurs indépendants. En 2016, sa première édition a mobilisé près de 300 professionnels du livre pour proposer une sélection inédite, innovante et inspirante des dernières parutions de littérature adulte et francophone contemporaine. en savoir +

 

Vous avez besoin d’aide pour écrire votre roman ?

Découvrez tous nos services aux auteurs !

tous les services

Vous écrivez et avez besoin de l’avis et des conseils de professionnels ? Nos services aux auteurs sont faits pour vous ! En savoir +

Faites évaluer votre manuscrit

visu-diagnostic-carre

Un conseiller littéraire expérimenté vous offre un retour critique, constructif et détaillé sur votre roman ou votre recueil de nouvelles pour vous aider à l’améliorer. En savoir +

 

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.