Bilan et tendances de la rentrée littéraire 2014

carrere article rentreeLe vendredi 31 octobre, l’institut GfK a publié le bilan des ventes de la rentrée littéraire. Résultat : 1,1 million d’exemplaires vendus entre la mi-août et la mi-octobre. Cela représente une baisse de 4,3% par rapport à l’année dernière.

La rentrée littéraire de septembre est un temps fort de l’édition française. Entre 600 et 700 titres paraissent à cette période. Selon Laurent Donzel, directeur des marchés de l’Entertainment chez GfK, le segment Fiction moderne grand format représente « entre 2 et 2,5% du chiffre d’affaires annuel du marché du livre ». GfK a tiré un bilan des ventes de la rentrée 2014 à l’occasion du bal des prix littéraires d’automne. 1,1 million d’exemplaires ont été vendus entre la mi-août et la mi-octobre, pour un chiffre d’affaires s’élevant à 21,4 millions d’euros. La baisse de 4,3% par rapport à la rentrée 2013 est significative pour le monde de l’édition.

Les habitués de la rentrée sont les grands vainqueurs
Emmanuel Carrère se distingue dans le palmarès des ventes 2014 grâce à son Royaume (ed. POL), vendu à 157 530 exemplaires. Amelie Nothomb (93 000 exemplaires de Pétronille, ed. Albin Michel) et David Foenkinos  (56 720 ventes de Charlotte, ed. Gallimard) figurent aussi sur le podium. Cette année, l’écho médiatique de la rentrée a révélé Philip Meyer, pour son roman Le Fils (ed. Albin Michel) vendu à 18 400 exemplaires. Il figure à la dernière place des 10 meilleures ventes.

Le format numérique se fait une place
Le numérique est désormais pris en compte dans la stratégie des éditeurs. Livres comme ebooks paraissent en même temps, ce qui laisse les lecteurs libres de choisir leur support. Seul Fréderic Beigbeder a tenu à publier Oona et Salinger (ed. Grasset) uniquement sur papier. La part du numérique pour les 10 meilleures ventes est passée de 4,5% en 2013 à 5% en moyenne en 2014. « A titre de comparaison, le dématérialisé peut atteindre 15 à 20% des ventes totales des plus gros best sellers (fiction ou essais) voire même dépasser les 50% pour certains titres de littérature de genre comme la romance, la littérature érotique, la science-fiction ou encore le roman policier », ajoute GfK.

L’impact des prix littéraires sur les ventes
Nous sommes entrés dans la période des grands prix littéraires d’automne. Ces derniers sont un véritable atout pour les titres primés. Leurs ventes peuvent ainsi être multipliées par 11 si le prix est très prestigieux. Les achats les plus significatifs ne sont pas immédiats. « Le pic des ventes est atteint lors des deux semaines précédant les fêtes de fin d’année, les prix littéraires demeurant des valeurs sûres à offrir. C’est ainsi qu’en fin d’année, les ventes des titres couronnés représentent en moyenne 13% des ventes de la Fiction moderne grand format », constate Sébastien Rouault, chef de groupe Livre chez GfK.

Retrouvez nos articles Comment gagner un prix littéraire et Quel est l’impact d’un prix littéraire sur les ventes d’un roman.

(Source : GfK)

Vous souhaitez faire évaluer votre manuscrit ?

visu-diagnostic-carreUn conseiller littéraire expérimenté vous offre un retour critique, constructif et détaillé sur votre roman ou votre recueil de nouvelles pour vous aider à l’améliorer. En savoir +

Vous souhaitez faire corriger votre manuscrit ?

visu-correction-carreUne correctrice professionnelle débusque dans votre texte les erreurs d’orthographe, de grammaire et de syntaxe, les fautes typographiques, les lourdeurs et les répétitions. En savoir +

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.