Bientôt tous auteurs et autoéditeurs ?

Nous serions de plus en plus nombreux à vouloir écrire des livres et nous lancer dans l’auto-édition. Mais sommes-nous tous prêts à le faire ?

John Epstein en est convaincu. Selon cet auteur américain, « 81 % de [ses] compatriotes sentent qu’ils ont en eux de quoi écrire un livre – et qu’ils devraient l’écrire ». Ainsi, ce sont donc quatre cinquièmes de la population des Etats-Unis qui se percevraient comme des écrivains en puissance. Une proportion incroyable, même si John Epstein, qui intervenait dans une conférence de la BookExpo America (BEA), tempère ensuite : « Bien évidemment, il faut retirer de ce chiffre les velléitaires (ceux qui veulent écrire mais ne le font jamais) et ceux qui écrivent mais ne sont jamais publiés. »

1,4 million de Français ont déjà écrit un livre

Il y a un peu moins de deux ans, un sondage OpinionWay pour le Figaro montrait lui que 32 % des Français ont déjà songé à écrire un livre. Il indiquait aussi que 3 % d’entre eux – 1,4 million de personnes – auraient déjà franchi le pas.

Fiables ou pas, ces chiffre, en tout cas, interpellent. Une journaliste de Publishing Perspectives, magazine américain consacré à l’industrie du livre, s’est ainsi rendue récemment à une autre conférence, celle-ci réservée à l’édition indépendante. Elle voulait vérifier si les auteurs s’y pressaient. « Hélas, malgré les efforts des organisateurs pour attirer les auteurs-éditeurs, ces derniers n’ont pas répondu présent, rapporte Justine Tal Goldberg. A peine 250 personnes sont venues, avec une écrasante majorité d’éditeurs. Les quelques auto-éditeurs qui se sont déplacés sont ceux qui prennent ce travail au sérieux. »

« La qualité des ouvrages auto-publiés laisse à désirer »

« Nous sommes très nombreux à vouloir auto-éditer un ouvrage, mais peu d’entre nous réfléchissent réellement à la manière de faire », confirme une éditrice indépendante. Et ce n’est pas le seul problème, selon Deb Werksman, une autre éditrice. « La plupart du temps, la qualité des ouvrages auto-publiés laisse à désirer », confie-t-elle.

« La raison pour laquelle tant de gens sont convaincus qu’ils peuvent écrire un livre, c’est que des tas de bouquins sortent aujourd’hui, qui ne présentent aucun intérêt, reprend John Epstein. Du coup, les gens ont l’impression qu’il est facile d’écrire un roman, une nouvelle, etc. » Et l’apparition de l’auto-édition, elle, ne ferait qu’accentuer cette croyance.

(d’après Publishing Perspectives et ActuaLitté)

Sur le même sujet, lire aussi : 7 questions à se poser avant de choisir l’autoédition.

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.