Avec Facebook, Hachette réduit les intermédiaires

Le groupe Hachette met en place une nouvelle application Facebook. ChapterShare permet de partager des extraits des prochains livres de grands auteurs. Une manière aussi de réduire les intermédiaires.

Pour optimiser ses ventes, le groupe Hachette vient de mettre en place sur Facebook : ChapterShare. Grâce à cette application, les utilisateurs pourront lire en exclusivité et gratuitement des extraits de prochains livres numériques.

Partager les « avant-premières »

« ChapterShare a été créé dans le but de rendre Facebook encore plus pratique pour partager ses coups de coeur de lecture avec ses amis et pour connaître l’actualité des auteurs. » explique Michael Pietsch, éditeur de Little, Brown and Company (filiale d’Hachette US). Avec cette application, les utilisateurs pourront partager sur leur mur Facebook, les fameux extraits. Une manière pour Hachette de donner un avant goût des romans à paraître. Les utilisateurs pourront alors, à partir de l’application, pré-commander l’eBook sur Amazon, Barnes & Noble, iBooks et Indiebound. Pour le lancement, Hachette Books assure la réussite de l’application en proposant aux internautes, les extraits des prochains romans de deux auteurs abonnés aux best-sellers. Sont déjà disponibles gratuitement, des passages de NYPD Red de James Patterson, qui sort le 8 novembre et de The Black Box de Michael Connelly, qui sort le 26 novembre.

Plus près des lecteurs

Selon le directeur général d’Hachette US, Ken Michaels, il s’agit avant tout de se rapprocher du public. L’édition doit, selon lui, être directement en relation avec les consommateurs (B2C : « Business to Consumer ») et non plus en relation avec d’autres entreprises (B2B : Business to Business). : « Le monde de l’édition évolue et des applications comme ChapterShare nous permettent de nous connecter directement avec les clients. Les éditeurs doivent développer ce genre d’applications dans le but de mettre en relation les écrivains et les lecteurs. » L’évolution dont il parle n’est pas sans mettre en péril les points de vente des libraires. Et difficile d’imaginer qu’en supprimant ainsi les intermédiaires, Hachette va augmenter les droits d’auteurs. 

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.