Amazon à l’assaut de l’édition jeunesse

Le libraire en ligne rachète les droits de 450 livres pour enfants détenus par l’éditeur Marshall Cavendish. La stratégie impressionne autant qu’elle inquiète.

Et une de plus ! Après avoir lancé une collection de romans à l’eau de rose, une autre consacrée aux romans à suspense et une troisième à la science-fiction, Amazon s’ouvre les portes de la littérature jeunesse, et en grand. Souhaitant certainement profiter d’un contexte favorable à ce secteur d’édition, le libraire en ligne a en effet racheté les droits de pas moins de 450 titres pour enfants détenus par la maison d’édition Marshall Cavendish. Un mouvement de grande ampleur – dont le montant n’a pas été révélé –, mais qui en annonce d’autres, a-t-on confié du côté de l’entreprise.

Parmi les 450 livres, on dénombre des livres illustrés, des contes, des romans pour adolescents, etc. « Nous allons continuer à publier ces livres version imprimée, mais je pense que les clients vont aussi adorer les lire, pour la première fois, en numérique », s’est réjoui Laurence Kirshbaum, directeur du pôle édition d’Amazon. « La littérature jeunesse représente une opportunité unique d’innover, que ce soit pour le format papier ou le format digital », s’est pour sa part enthousiasmé Jeff Bell, vice-président du groupe.

Une opération qui « change la donne »

Un sentiment de joie qui, bien entendu, n’est pas partagé par tous. Pour Philip Jones, de FutureBook, ce rachat massif « change la donne ». « Il montre qu’Amazon ne reculera devant rien pour assurer un contenu exclusif de qualité pour sa nouvelle tablette, la Kindle Fire, et que ses ambitions éditoriales sont très très élevées », estime-t-il.

Cette opération soulève aussi quelques questions selon lui. Quid, par exemple, des écrivains qui changent de maison d’édition du jour au lendemain sans avoir leur mot à dire ? Quid, aussi, de leurs droits d’auteur numériques, alors que les livres étaient jusqu’à présent édités uniquement au format papier ? A ces interrogations, Philip Jones n’apporte pas de réponse. Mais il livre son sentiment, et lance un (nouvel) avertissement aux maisons d’édition traditionnelles : « Cet accord montre qu’Amazon compte bien s’établir dans le domaine de l’édition. A vous de prouver que vous êtes en capacité de réagir. Et vite. »

(d’après The Guardian et FutureBook)

Sur le même sujet, lire aussi :

Amazon va aussi éditer des romans de science-fiction

Libraire-éditeur : quand la frontière se trouble

Métier d’éditeur : attention, la concurrence arrive !

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.