Alibi : le « magbook » du polar débarque en librairie

Vous connaissiez peut-être XXI, cette revue hybride consacrée aux grands reportages à mi-chemin entre le livre et le magazine? Aujourd’hui, vous ferez la connaissance d’Alibi, un nouveau « magbook » sur l’univers du polar qui compte à son tour se faire une place chez le libraire…

Sur la couverture, un revolver à barillet sous des titres blancs sur fond noir. Sombre et Sobre, Alibi, sous-titré avec humour « vous en aurez tous besoin un jour » a été crée par deux journalistes, Marc Fernandez et Jean-Christophe Rampal, et un photographe, Paolo Bevilacqua, tous trois férus de polars. « L’idée nous trottait dans la tête depuis deux ans. On ne trouvait pas notre bonheur sur le sujet, on s’est dit qu’il y avait quelque chose à faire», explique Marc Fernandez, le rédacteur en chef.

Le magbook, contraction de magazine et book, ne ressemble ni à l’un ni à l’autre mais se lit bien comme un polar. L’ouvrage brasse quantités de sujets qui touchent à l’univers du noir. La littérature bien sûr a une place de choix.  On retrouve ainsi une interview fouillée de l’auteur britannique R.J Ellory (Les Anonymes, Seul le silence) qui raconte son travail d ‘écriture, ses sources d’inspiration, ses personnages…ou une rencontre avec Abdel Hafed Benotman, braqueur de banque écrivain, qui a passé 17 ans de sa vie en prison, où il a écrit  deux de ses romans, Les forcenés et Marche de nuit sans la lune.

Un jeu fiction/réalité

Mais Alibi laisse surtout une grande place à la réalité. On y lit l’histoire de Guy Georges, dit « le tueur de l’Est parisien », ou celle de Donato Bilancia, un tueur en série italien, racontée par le journaliste qui l’a traqué, comme on lirait des nouvelles policières.«Il y a un véritable jeu fiction/réalité», confirme Marc Fernandez, « mais on ne voulait pas faire une revue purement littéraire, parce que des faits divers, du polar, il y en a partout.  »

Le journaliste, qui cite comme auteurs favoris James Ellroy, Don Winslow et Thierry Jonquet, n’exclut pas pour autant de faire signer des auteurs dans les prochains numéros, toujours dans une démarche de journalisme narratif.

Le magbook, trimestriel, sera vendu 15 euros en librairie à partir d’aujourd’hui. La Fnac en déjà fait son coup de cœur et on peut vous le dire, nous aussi.

Partagez cet article

2 thoughts on “Alibi : le « magbook » du polar débarque en librairie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.