5 astuces pour écrire un roman en utilisant des techniques de film

Pour donner plus de vraisemblance à vos romans, n’hésitez pas à emprunter les techniques utilisées dans les films. Voici 5 astuces qui devraient vous aider :

Imaginez la scène
Essayer d’imaginer que votre scène en action. Par exemple, deux personnages se battent ou un cuisinier coupe des oignons. Si cette scène était dans un film : quel serait l’angle adopté par la caméra ? A quelle distance des personnages se trouverait-elle ? Quelle partie de la scène verrait-on ? Pour une bagarre, on verrait sans doute les corps dans leur globalité, mais pour la scène du cuisinier la main et l’oignon suffiraient sans doute. Vous pouvez donc imaginer la scène au ralenti et la décrire au fur et à mesure.

Utilisez un grand angle
Pour situer une action, les films commencent souvent par montrer une ville en grand angle, puis la caméra s’attache à un élément (la Tour Eiffel pour figurer Paris ou le Golden Gate Bridge pour San Francisco). Ensuite la caméra zoome sur les embouteillages de la ville, s’attache à une voiture en particulier et finalement aux occupants de la voiture. De même, si le personnage marche sur le trottoir d’une ville, on verra d’abord la foule avant qu’il en émerge. L’intérêt est alors de donner des éléments aux spectateurs : en voyant le type de voitures ou les vêtements des gens dans la foule, on sait à quelle époque se situe l’action. Vous pouvez faire la même chose quand vous décrivez une scène par écrit. Faites comme si vous utilisiez un grand angle en précisant la saison, le temps, la lumière, le nombre et le type de personnes présentes, les sons, les meubles…

Faites monter les enchères
Lister les moments forts de votre texte, c’est-à-dire quand il se passe quelque chose d’important. Reportez ensuite ces moments forts dans un tableau qui reprend le découpage de vos chapitres. Comme dans les films, vous devez faire monter les enchères. Si un inconnu se fait assassiner dans le premier chapitre, c’est au tour du héros d’être en danger dans le troisième.

Oubliez les transitions
Dans les films, on passe parfois d’une scène au rythme très rapide à une scène au rythme lent ou vice versa. Par exemple, une scène se termine par un meurtre et la suivante commence par une action qui n’a absolument rien à voir comme une femme qui bronze dans un transat. Le spectateur est désorienté et c’est cela qui accroche son attention. En effet, il aura envie de savoir qui est cette femme et quelle est sa relation avec les personnages précédents. Vous pouvez utiliser la même techniques dans vos textes. A vous de distiller avec parcimonie et subtilité ces changements de rythme. De quoi tenir votre lecteur en haleine.

Respecter les détails
Lors de la réalisation d’un film, le scripte est responsable de la continuité du film. Lors de chaque tournage de scène, il note à quelle place exacte se trouvent les objets, mais aussi les vêtements, comment sont les coiffures, maquillage… L’objectif étant qu’on retrouve le personnage dans les mêmes dispositions quand il passe par exemple du métro à son bureau (sachant que les scènes ne sont pas tournées le même jour). Dans votre texte, pensez également à adopter l’attitude des scriptes pour respecter du début à la fin les détails que vous donnez. Par exemple, si votre personnage a un grain de beauté sur la joue gauche, on ne pourra pas l’identifier sans retourner son corps, s’il est allongé sur le côté droit.
(image : © thomaspajot79 – Fotolia.com)

Vous avez écrit un roman et vous voulez savoir ce qu’il vaut ?

Notre service de diagnostic littéraire est fait pour vous ! En savoir +

Apprenez à écrire une nouvelle policière !

Participez à notre atelier d’écriture en ligne avec notre animateur Hervé Sard pour apprendre des techniques d’écriture du polar et acquérir des outils qui vous aideront à mieux maîtriser votre talent. En savoir +

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.