12 conseils pour écrire votre premier roman (1ère partie)

Vous avez une idée de roman, mais vous ne connaissez rien au monde du livre ? Un auteur confirmé vous livre 12 conseils pour réussir vos débuts dans cet univers.

1 : Analyser vos motivations

Demandez-vous si le livre que vous avez en tête vaut vraiment le coup d’être écrit. « Pourquoi ? » est LA seule question qui vaille à ce stade. Alors, ce roman, est-ce pour laisser un héritage à vos enfants ? Pour raconter aux gens comment vous avez surmonté les coups du sort ? Pour leur raconter comment vous avez réglé vos conflits familiaux ? Exemples de mauvaises raisons : afin de se faire de l’argent rapidement ; afin de se venger d’un(e) ex ; afin de surfer sur une mode (d’ici à ce que vous ayez fini votre roman, il est probable que celle-ci soit passée…).

2 : Soyez réaliste

Il est très rare – et c’est un euphémisme – qu’un nouvel écrivain reçoive une avance de 200 000 € pour un premier roman. Plutôt que de compter sur un miracle de ce type, gardez raison. Ne quittez pas votre emploi si vous en avez un. Vous en aurez besoin pour payer les factures, le temps de finir votre livre – ce qui peut prendre un, deux ou trois ans. Quant à l’avance que vous recevrez, utilisez-la pour embaucher un correcteur ou quelqu’un qui vous aidera à faire vos recherches.

3 : Documentez-vous

Quel type de livre cherchez-vous à écrire ? Des mémoires ? Un livre confession ? Un roman policier ? Une histoire d’amour ? Un conte pour enfants ? Dans tous les cas, imprégnez-vous des classiques du genre. Non pas pour les copier, mais pour identifiez les codes. Libre à vous, ensuite, de les suivre, ou de les faire évoluer.

Faites des recherches aussi pour tout ce qui concerne l’action de votre roman. Les recherches vous permettront d’atteindre un degré de réalisme qui ne vous serait pas accessible autrement. Exemple : vous décidez que votre héros principal est un ancien alcoolique sur le chemin de la sobriété. Il est très intéressant d’assister à une réunion des alcooliques anonymes, afin de savoir comment elle fonctionne.

4 : Faites de l’écriture de votre livre une priorité

Votre roman doit devenir une véritable obsession. Vous ne devez penser qu’à votre livre, rien qu’à votre livre, juste à votre livre – sans pour autant négliger votre vie en dehors de l’écriture. Si vous manquez de discipline, rejoignez un atelier : il vous donnera un cadre, vous forcera à vous fixer des échéances régulières.

5 : Ecrivez un roman, plutôt qu’un recueil de nouvelles

De nos jours, il est quasiment impossible de vendre un recueil de nouvelles à un (gros) éditeur, a fortiori quand on débute dans le métier. Mieux vaut privilégier la forme romanesque, plus longue, mais plus facilement vendable. Si vous êtes attaché à l’une de vos nouvelles, vous pouvez par exemple essayer de l’étoffer pour en faire un roman.

6 : Terminez votre livre avant de le proposer à un éditeur

Il est rare qu’un éditeur achète un manuscrit si celui-ci n’a pas été écrit entièrement. C’est encore plus vrai, bien évidemment, quand il s’agit d’un auteur inconnu, qui cherche à faire publier son premier roman.

Susan Shapiro est une écrivaine américaine. Elle anime aussi un atelier d’écriture à New York. Elle a publié huit livres : des romans (notamment comiques), mais aussi des mémoires et des ouvrages didactiques sur l’écriture.

(d’après Susan Shapiro, Writer Mag, 11/04 ; photo : © mast3r – Fotolia.com)

Partagez cet article

24 commentaires sur “12 conseils pour écrire votre premier roman (1ère partie)

  1. Gilles

    M… et zut, je viens d’écrire un recueil… mais c’est délibéré.
    La nouvelle est une bonne école pour travailler style et structure. Je ne m’imaginais — en ce qui me concerne — capable d’attaquer le roman de but en blanc.

  2. rosa

    j’ai écris une histoire pour enfant éducatife et beaucoups de méssage mais le probléme c’est que je ne ssuis pas forte dans l’écriture et surtous l’éxpréssion
    j’ai une énorme imagination mais je peus pas la transmétre
    alore je chérche quelqu’un qui est prés a maider pour la mieux écrire
    (je suis faible dans le cinariau
    je m’apelle rosa j’habite en algérie voici mon email (n.rosa.n@hotmail.fr) contacter moi

  3. Cécile

    « 4 : Faites de l’écriture de votre livre une priorité

    Votre roman doit devenir une véritable obsession. Vous ne devez penser qu’à votre livre, rien qu’à votre livre, juste à votre livre – sans pour autant négliger votre vie en dehors de l’écriture. Si vous manquez de discipline, rejoignez un atelier : il vous donnera un cadre, vous forcera à vous fixer des échéances régulières. »

    Pas facile quand on a un métier, un mari, une maison, des enfants …

  4. Vanessa

    Euh… C’est sûr, cet article est très adapté au marché américain. Ce serait bien au lieu de traduire un article qui n’a rien à voir avec le marché français de demander à un écrivain français d’en écrire un…
    Rien que ça, déjà : « Quant à l’avance que vous recevrez, utilisez-la pour embaucher un correcteur ou quelqu’un qui vous aidera à faire vos recherches. »
    Si vous recevez une avance (en tant qu’auteur débutant, laissez tomber, vous serez déjà bien content si une petite maison d’édition vous publie et tire 300 exemplaires de votre bouquin, hein), ça veut dire que vous êtes publié. Si vous êtes publié par cette maison, c’est l’éditeur qui se chargera de faire corriger votre manuscrit à ses frais.
    Les recueils de nouvelles sont, à mon avis, bien plus faciles à placer en tant qu’auteur débutant qu’un roman…
    Quant à la rémunération… Soyons réaliste : 3000 exemplaires, c’est un très bon tirage pour un auteur débutant en France. Prix d’un livre en moyenne ? 20€. Votre rémunération ? 8% du prix HT. Je vous laisse faire le calcul…
    Faire de son roman une priorité ? Si vous voulez que votre mari / femme vous quitte, que votre patron vous vire, que vos enfants vous déteste, en effet, c’est une bonne méthode…
    Et en ce qui concerne la deuxième partie… Oui, aux États-Unis, il est d’usage d’envoyer un dossier. En France, si vous envoyez les meilleures pages de votre manuscrit et un résumé, ne vous attendez pas à avoir une réponse… Allez sur le site des éditeurs que vous visez, regardez déjà si le style de votre manuscrit correspond à ce qu’ils publient, regardez ensuite s’ils acceptent les soumissions de manuscrits (parfois, les soumissions sont fermées pour un temps, ou ils n’acceptent simplement pas les manuscrits non-sollicités), et surtout, regardez la procédure de soumission… S’ils vous demandent d’envoyer votre manuscrit par email, ils ne risquent pas de regarder le manuscrit que vous avez envoyé par la poste, et vice-versa. S’ils vous demandent du TNR 12 une interligne et demie recto simple, ça ne sert à rien de leur fournir du Comic sans MS 10 simple interligne recto-verso, le manuscrit ne sera pas lu…
    Bref, si vous voulez publier en France, ne suivez pas les conseils pour publier aux USA…

  5. Jo Ann

    Je ne pense pas que les conseils américains soient toujours adaptés au milieu français. Par exemple, les avances sont rares. Et écrire pour être édité est la porte ouverte à la dépression de certains primo-romanciers.

  6. Kanata

    Je rejoins Jo-Ann, les conseils outre-Atlantique sont à prendre avec des pincettes en milieu francophone, particulièrement en France où l’édition est un monde totalement différent… (Litterature vs Divertissement via le même média qu’est l’écriture)
    - Pas d’avances
    - Pas d’agents littéraires (du moins ce n’est pas dans les moeurs au sens US du terme)
    - Pas de promotion des « nouvelles » un genre extrêmement choyé aux states…

    Pour le reste, c’est assez logique, même si ce n’est pas pragmatique pour tout primo romancier sans avance et sans agent…

  7. Pingback: Kanata : histoires d'A » Blog Archive » Corned-Beef’s advices for newbies

  8. Dragonapalm

    Un blog est certes chronophage mais j’aurais tendance à le préférer aux réseaux sociaux, tout aussi chronophages. Un blog, c’est comme un potager, ça met le temps au début mais on a plaisir à le voir grandir ensuite et au moins, on peut y exprimer toute sa verve.
    Pour le reste, je planifie les thèmes que je veux traiter afin de ne pas oublier une bonne idée d’article, en vérité, le plus fastidieux à faire, ce sont les bibliothèques de liens qu’il faut régulièrement remettre à jour, surtout si vous avez un réseau important de lecteurs.

  9. Oliv'

    Si j’avais suivi ces conseils pour ecrire et publier mon premier roman, je n’aurais jamais écris (et publié) mon premier roman.
    Ce qui est valable aux USA ne l’est pas ici. On trouve des conseils plus pertinents sur le site de Jean Claude Dunyach ou chez Cocyclics.
    O.

  10. Oliv'

    J’ai écris des nouvelles pendant dix ans avant de passer au roman sans le faire exprès. Je comptais écrire une grosse nouvelle et arrivé à la page 50 j’ai compris que j’avais affaire avec un roman.
    Invesement, des tas de romans auraient gagné en qualité en etant traité par un format court.

  11. Enviedecrire

    @Oliv
    Comme nous le disons toujours, les conseils d’enviedecrire sont là pour donner des idées aux auteurs : à chacun de prendre ce qui lui convient ;-)
    Les sites que vous mentionnez portent uniquement sur la science fiction et le fantastique, tandis qu’enviedecrire est généraliste. Mais le plus important dans tout cela c’est que vous ayez réussi à écrire un roman. Continuez !

  12. Enviedecrire

    @Vanessa, Jo Ann et Kanata
    Nous sommes d’accord avec vous : les marchés du livre en France et aux Etats-Unis sont vraiment différents. Mais relisez bien les conseils de cet article : ils parlent notamment d’analyser sa motivation, de savoir se documenter ou encore de faire de l’écriture de son livre une priorité.
    Vous conviendrez que ces conseils sont valables pour tous les auteurs du monde entier ;-)

  13. meva

    depuis que je suis petite je rêvais d’écrire un livre policier mais ma mère a dit pour écrire ce livre il faut bien apprendre parler en français et bien écrire

  14. Lyly112

    Barry,
    Il faut pas être forcément un petit Génie pour écrire un livre ; un exemple : moi !
    En fait j’suis loin ‘être une génie mais… J’écris pourtant un livre ( j’ai 11 ans et cet age c’est un peu le galère pour faire cela !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! )

  15. Doris

    Je recherche un écrivain qui peux m aider à écrire une histoire qui peux bouleverser le monde je suis africaine et mariée à un européen je vie en ce moment à Singapour .une opportunité pour voix et un soulagement pour moi …

  16. LePanda

    Salut a toutes et a tous, il y a un site pas mal pour ecrire son livre, c’est utile car les autres gens le lis et nous conseillent, c’est le site « Histoire d’ecrire » dailleurs, vous serez sympathique d’aller lire mon livre il n’a que 4 chapitres pour l’instant dont les deux premiers avec 2-3 pages. C’est un livre « d’epouvante horreur » mais je dirais plus de suspense, le resumé est derriere le livre. Ce livre s’appelle « Fais gaffe au Loup qui rode! » Et mon pseudo sur le site est LePanda n’hesitez pas si vous vous inscrivez a m’envoyer un message perso pour que j’aille lire vos livres. Bisous bisous, Melanie.

  17. Julien

    Il me fait sourire cet article… Toutes ces mauvaises raisons…
    L.F. Céline s’est lui même décidé d’écrire parce qu’il voulait s’acheter une maison avec l’argent de ses bouquins… Encore heureux qu’il a écouté sa « mauvaise raison ».

    C’est vrai que rêver de se faire de l’argent avec un bouquin, en règle général, c’est illusoire. Mais il n’y a pas de « mauvaises » raisons, pour la simple raison qu’il n’y en a jamais une de « bonne » pour quelqu’un que de se poser devant une feuille blanche ou un ordi et de voir s’envoler 10 000 heures de sa vie pour un bouquin…

  18. Lola

    Je pense que cet article ne présente pas comment écrire un roman … il présente plutôt l’attitude à prendre par rapport à l’écriture du livre. Le titre est de mon avis assez mal choisit par rapport au contenu

  19. Mélisssa

    je ne suis qu’une enfant et j’écris depuis cinq mois ma deuxième histoire (mais ma vrai première) je me sens emportée par les mots je veux aller plus vite que la musique. Mais, je sais me calmer. Je passe 2 à 5 heures sur mon histoire par semaine dans l’idée de pouvoir l’envoyer à ma meilleure amie. C’est grâce à elle que je continue d’écrire.
    Mais j’aimerais savoir, comment une enfant de 13 ans pourrais-être prise au sérieux avec un livre qu’elle a écrit ? j’aurais besoin de réponse aidez moi .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud